ROCH BODO: ” Il est souhaitable que le congo puisse ratifier la charte de la renaissance culturelle africaine “

il faut aussi la création d’ un conseil national des arts et de la culture qui serait comme une sorte d’autorité de regulation le cas de CSAC pour l’audiovisuel et d’autres organes de presse. Déclare le comédien Roch Bodo

Une délegation des comediens congolais a été reçu le mercredi 4 novembre 2020 par le président Félix Tshisekedi dans le cadre des consultations visant la création d’une union sacrée.

Après cette rencontre , le porte-parole de collectif des culturels et artistes Roch Bodo nous a donné sa voix sur l’évolution du cinéma au sein de la société congolaise

Africatimes.net: Bonjour Mr. Bodo!

Roch Bodo: Bonjour africatimes!

Africatimes.net: Que pensez-vous de l’évolution du cinéma en RDC?

Roch Bodo : Il y a le cinéma populaire communément appelé Maboke  dans le jargon kinois et le cinéma au vrai sens du nom développé par un certain nombre des jeunes pétris de talents ayant appris les techniques cinematographiques, mais ils font face aux problèmes financiers.
C’est ainsi que j’ai comme impression que ce cinéma n’existe pas.

L’ autre genre du cinéma est le Maboke, dans lequel on produit en grande échelle la prolifération des moeurs , mais la qualité reste à dévouer.

Et pourtant si on associait la qualité , le professionalisme dans la production au compte du genre Maboke, ça pourra concurencer ce que nous connaissons comme cinéma nigérian , ivoirien et tant d’autres.
Par ce que c’est un style qui est joué par des grandes stars du théatre populaire du Congo.

Par rapport à ce statut-là si on associait la qualité et le professionalisme ça aurait abouti à une belle chose.
Mais dans notre pays la tendance est en répit, ce qui n’est pas bon on est entrain de se battre dans la politique culturelle ,mais il faudrait que nous-mêmes qu’on puisse fournir beaucoup d’efforts avant que l’Etat  vient nous prête main forte.

Africatimes.net : Vous etiez consultés par le chef de l’Etat Félix Tshisekedi , avez-vous saisie cette occassion pour exposer la crise qui prévaut dans votre secteur ?

RB: On a été réçu par le président dans un autre contexte .
Nous n’avons pas eu beaucoup de temps de parler de nos projets perceptifs.

C’etait par rapport à la situation que traverse notre pays , il a voulu recueillir les avis des artistes aussi, parce que  nous vivons dans la population , et nous voyons comment les choses se passent .

Nous avons quand même des avis et des propositions à lui apporter pour sortir de cette crise.

Il etait très content de notre présence , et il nous avait promis de repasser cette fois là avec ceux que nous avons comme propostions dans le secteur culturel.

Africatimes.net : Quelles sont les propositions que vous pensez soumettre auprès de Félix Tshisekedi au prochain rendez-vous?

Roch Bodo: Il est souhaitable tel que nous avons repris dans nos resolutions que le congo puisse ratifier la charte de la renaissance culturelle africaine .

C’est ça même le socle du développement socio-culturel des pays africains .
Mais le congo est signateur, mais il n’a pas ratifier jusque-là  .

Il faut le faire le plus rapidement possible.
Parmi tant d’autres propositions ,il faut aussi la création d’ un conseil national des arts et de la culture qui serait comme une sorte d’autorité de regulation le cas de CSAC pour l’audiovisuel et d’autres organes de presse.

Africatimes. net:  Quel message pouvez adressés aux Jeunes cinéastes de la RDC?

Roch Bodo : Je demande aux jeunes de ne pas evoluer comme si  ils etaient  dans un circuit fermé .

Ils doivent travailler dur afin qu’ils puissent avoir un ancrage national.

Parce que le Cinéma est quelque chose qui doit d’abord être consommé localement dont un réalisateur, un cinéaste congolais doivent être connus au pays avant de se faire connaître ailleurs à travers le festival.

Nous voyons les américains quand ils font des films c’est d’abord pour eux-mêmes,et après ce travail encourage le gouvernement de leur financer.

Monsieur Roch Bodo, porte-parole de collectif des culturels et artistes merci d’avoir repondu aux questions d’africatimes.net.

RB: c’est moi qui vous remercie africatimes!

Pat BOKETE

Total
0
Shares
Related Posts